S'il pleuvait des larmes.

(Boris Vian)

S’il pleuvait des larmes lorsque meurt un amour
S’il pleuvait des larmes lorsque des coeurs sont lourds

Sur la terre entière pendant quarante jours
Des larmes amères engloutiraient les tours

S’il pleuvait des larmes lorsque meurt un enfant
S’il pleuvait des larmes au rire des méchants

Sur la terre entière en flots gris et glacés
Des larmes amères rouleraient le passé

S’il pleuvait des larmes quand on tue les coeurs purs
S’il pleuvait des larmes quand on crève sous les murs

Sur la terre entière il y aurait déluge
Des larmes amères des coupables et des juges

S’il pleuvait des larmes chaque fois que la mort
Brandissant ses armes fait sauter des décors

Sur la terre entière il n’y aurait plus rien
Que les larmes amères des deuils et du destin.